Pour apprendre, comprendre, retrouver les bonnes odeurs d'antan, découvrir des saveurs nouvelles,
Le Musée de l'Amande et du Macaron

vous ouvre grand ses portes.

Accessible aux petits comme aux grands grâce aux nombreux supports visuels, sonores, gustatifs et olfactifs, la visite du Musée de l'Amande et du Macaron met en éveil tous les sens pour une découverte interactive.












La Nouvelle République > 5 Août 2003
Visite gourmande à Montmorillon

L’entreprise Rannou-Métivier a ouvert un musée de l’amande et du macaron à Montmorillon. Grande et petite histoires sont mêlées pour le plaisir des visiteurs.

Aviez-vous déjà remarqué la similitude entre les mots macarons et macaronis ? Si oui, sachez que ce n’est pas un hasard ! Le macaron est arrivé d’Italie au début du XVIème siècle par l’entremise de Catherine de Médicis, épouse de Henri II, roi de France : à l’époque, c’était une pâte alimentaire. Ensuite, l’évolution du produit fera du macaron une pâtisserie, même si on continuera longtemps appeler « macaron » la pâte alimentaire. Il fallut l’intervention d’un certain Furetière en 1690 pour clarifier enfin les choses : le macaron désignait désormais la douceur que nous connaissons aujourd’hui. Pendant de nombreuses années, le macaron à même nourri de très doctes luttes entre médecins, tantôt bienfaisant, tantôt dangereux pour la santé ! Les premières traces du macaron à Montmorillon remontent au XVIIème siècle. Il faut en revanche attendre le XIXème siècle pour que commence l’aventure Rannou-Métivier. La recette secrète de l’entreprise a été établie par les sœurs Chartier qui l’ont léguée à Marie Bugeaud leur employée de maison. Son mariage avec Auguste Métivier lance la marque qui deviendra définitivement Rannou-Métivier en 1924.

Un hommage aux fabricants

Ouvert cette année, le musée a nécessité deux ans de travail : un an de recherches historiographiques et iconographiques et un an de mise en place du musée. Cette tâche a été confiée à l’historienne de l’alimentation Dominique Michel et à Emilie Pic, guide. Le musée « rend hommage aux fabricants depuis Marie Bugeaud », comme l’explique Mlle Pic.

Mais comme son nom l’indique, le musée est aussi consacré à l’amande. La visite commence donc par l’histoire de ce fruit qui trouve ses origines en Asie mineure et qui n’est arrivé en France qu’au Moyen-Age.
Le Picton > Juillet-Août 2003
Centre Presse > 11 Juillet 2003
Le macaron se visite

Spécialité montmorillonnaise s’il en est, le macaron aux amandes a aujourd’hui son musée. Une visite s’impose, ne serait-ce que pour faire plus ample connaissance avec les origines, la fabrication et l’histoire de cette délicieuse et tendre pâtisserie. On retrouve des traces de la tradition des macarons aux amandes dès 1673 à Montmorillon, dans les registres de la Maison-Dieu. Depuis, à l’instar d’autres villes comme Amiens, Nancy ou encore Saint-Jean de Luz, le macaron fait partie intégrante du patrimoine montmorillonnais. Aujourd’hui, le principal fabricant et commerçant de macarons de Montmorillon, la Maison Rannou-Métivier, a eu l’idée de créer un musée dédié tout entier à cette pâtisserie ronde et tendre au goût inimitable. Ce musée, très pédagogique, fait désormais partie des étapes obligatoires dans la visite de la Cité de l’écrit et des métiers du livre. A l’étage, juste au-dessus du magasin, la salle d’exposition propose des panneaux aux couleurs différentes selon les thèmes abordés, facilitant ainsi l’approche des textes. Il est difficile ensuite de résister à l’envie d’acheter quelques dizaines de macarons même si, bien entendu, ce n’est en aucun cas obligatoire !
Interactivité

Les textes, agrémentés de nombreuses illustrations fournissent des explications claires et précises sur les différents sujets abordés, ponctués par des anecdotes et des légendes anciennes. Ajoutez à cela les explications claires et précises d’Emilie Pic, guide du musée, et l’on obtient une interactivité qui va jusqu’au contact physique avec les écales qui recouvrent les amandes, le pilon qui les écrase, et, en fin de visite, une petite dégustation permettant de comparer les saveurs des diverses variétés d’amandes. Et l’on termine en beauté par le goût d’un macaron tout frais ! Moment fort de la visite, une fiction projetée dans un amphithéâtre résume l’histoire du macaron aux amandes. Les visiteurs découvrent ainsi une belle histoire d’amour entre Montmorillon, les macarons et la famille Rannou-Métivier, gardienne de la recette depuis plus d’un siècle. Enfin, une boutique ouverte aux mêmes horaires que le musée propose des produits à base d’amande, des cartes postales, des livres de cuisine et d’histoire du pays montmorillonnais.
La Nouvelle République > 26 Mai 2003
De l’amande au macaron

Un escalier somptueux dont la rampe en fer forgé vous mène à l’étage vers un voyage à travers le temps. Le visiteur est tout d’abord enveloppé dans une ambiance couleur prune sur laquelle se détachent les panneaux lumineux expliquant les origines de l’amande jusqu’à la fabrication du macaron. Le tout est décliné en couleurs significatives : vert pour l’amandier, jaune pour l’amande, orange pour la fabrication du macaron et rouge pour l’historique. Visite interactive avec amandes à toucher, à sentir, à piler. Des explications à écouter sur des casques audio accrochés à des bornes, des machines d’un autre âge pour casser les coques, battre les œufs, émonder les amandes. Et, pour compléter cette balade gourmande, un petit amphithéâtre vous propose un film fiction, sur fond musical (dont certaines scènes sont tournées au château de Pruniers) retraçant l’histoire du macaron. C’est par le jardin d’hiver que commence et se termine la visite, un bain vert amande lumineux et fort agréable et une dégustation qui ne l’est pas moins. On y trouve des produits de beauté et d’autres à savourer à base d’amande, des recettes de cuisine, sans oublier quelques explications complémentaires accrochées au mur.
32, bd de Strasbourg 86500 Montmorillon - Tél. 05 49 83 03 38 - contact@museedumacaron.com